LA COMMUNAUTE BAHA’IE BELGE 
Une esquisse historique

La première présence des bahá’ís sur le sol belge date du début de ce siècle. En effet quelques bahá’ís américains et iraniens ont participé au Congrès International Espérantiste à Anvers en 1927. Avant la deuxième guerre mondiale, quelques étudiants iraniens, membres de la religion bahá’íe, ont également étudié dans les universités de Liège, Bruxelles et Gand.

La première communauté Bahá’íe fut formée après la deuxième guerre mondiale à Bruxelles. En 1948 la première Assemblée spirituelle locale y est élue. Au départ, ses activités ont été placées sous la responsabilité du Bureau International Bahá’í à Genève. Puis en 1957, le Conseil Régional pour le Bénélux a été élu. Entre 1959 et 1962, des Assemblées spirituelles locales supplémentaires ont été formées  à Anvers (1959), Liège (1960) et Charleroi (1961). Et en 1962, la première Assemblée spirituelle nationale pour la Belgique a été élue et fondée comme asbl. Mais déjà en 1960 une partie des propriétés Bahá’íes a été exemptée de certaines taxes suite à leur reconnaissance comme lieux de culte pour la religion Bahá’íe. Il y a maintenant une dizaine Assemblées Locales et groupes en Belgique.

En 1985 et les années suivantes la communauté bahá’íe belge a acceuilli un certain nombre de coreligionnaires iraniens en tant que réfugiés. Le gouvernement belge a toujours montré une attitude positive vis à vis de la défense des droits et libertés de la religion Bahá’íe dans les pays où elle est persécutée.

En 1997 les bahá’ís ont été mentionnés à tort dans le rapport parlementaire sur les sectes, suite aux propos d’un témoin anonyme. L’Assemblée nationale des bahá’ís de Belgique conserve de bonnes relations avec le Centre d’information et avis sur les organisations sectaires nuisibles (IACSSO), érigé par le gouvernement. Le centre a récemment édité une brochure sur les bahá'ís qui établit qu'il n'y a "aucun élément susceptible de représenter un problème".

En 2003, les communautés bahá’íes européennes se sont présentées par une exposition au Parlement Européen à Bruxelles sous le thème “Cent ans au service de l’unité dans la diversité en Europe”.

Les communautés bahá’íes, réparties à travers tout le pays, organisent des cercles d’étude et des réunions de partage de spiritualité, prière et méditation. Ils essayent aussi d’établir des classes d’enfants et des groupes de jeunes. Toutes ces activités sont ouvertes pour tous le monde. D’autres activités publiques sont reprises dans l’agenda sur ce site. Les bahá'ís sont impliqués fortement dans le dialogue interreligieux.

En Belgique, la foi bahá’íe compte environ 400 membres adultes. Au niveau mondial, le nombre total de croyants de la religion bahá’íe s’élève à plus de 5 millions.

 
Nous utilisons des cookies pour nos statistiques internes.