Introduction Les bahá'ís et l'ONU


La foi bahá'íe enseigne que la vraie religion doit promouvoir l'unité, condition sinæ qua non à l'établissement de la paix mondiale. "Le bien-être de l'humanité", affirme Bahá'u'lláh, "sa paix et sa sécurité, ne pourront être obtenus tant que son unité n'est pas fermement établie."

Parmi les mesures préconisées par la communauté bahá'íe pour construire l'unité mondiale, il y a l'établissement d'une fédération des nations, le choix d'une langue auxiliaire universelle, la coordination de l'économie mondiale, l'instauration d'un système d'éducation universel, d'un code pour les droits de l'homme de tous les peuples, d'un mécanisme mondial intégré de communication, et d'un système universel de monnaie, poids et mesures.

Considérant l'ONU comme un progrès majeur vers l'unification de la planète, les bahá'ís soutiennent ses activités par tous les moyens. La Communauté internationale bahá'íe est accréditée auprès de l'ECOSOC (Conseil économique et social des Nations Unies) et de l'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'enfance), où elle bénéficie d'un statut consultatif. Les bureaux de la Communauté à New York et à Genève ainsi que des bahá'ís de plusieurs pays participent régulièrement aux conférences, congrès et séminaires relatifs à la vie socio-économique de notre planète.

Les souffrances endurées par leurs coreligionnaires victimes de la persécution religieuse ont particulièrement sensibilisé les bahá'ís aux enseignements de Bahá'u'lláh sur les droits de l'homme. La Communauté internationale bahá'íe participe activement aux consultations de l'ONU sur les droits des minorités, la condition féminine, la prévention de la criminalité, le contrôle des narcotiques, le bien-être des enfants et de la famille, et enfin le mouvement en faveur du désarmement.

 
bahais-de-namur.jpg
Nous utilisons des cookies pour nos statistiques internes.